Vous savez probablement que les aliments nutritifs sont bons pour votre cœur, mais avez-vous déjà pensé au rapport qu’il y a entre la nourriture et la santé du cerveau ? Votre corps est un tout, et ce que vous y mettez régit la manière dont vous pensez et dont vous vous sentez. Les chercheurs en médecine commencent à établir des liens entre la nourriture, l’humeur et les problèmes de santé mentale, incluant la dépression. Cela relève du domaine de la psychiatrie nutritionnelle, qui porte en particulier sur la manière dont la nourriture et les suppléments peuvent aider les gens à se prémunir contre des problèmes de santé mentale ou à les traiter.

Ce que l’on constate le plus fréquemment, c’est qu’un régime alimentaire à base d’aliments entiers (légumes, fèves, grains entiers, poisson, etc.) a un effet bénéfique sur la santé mentale et l’humeur des gens. Une récente étude publiée dans la revue Psychiatry Research a montré qu’une consommation importante de légumes, de fruits, de grains entiers, de poisson, d’huile d’olive avec moins de produits d’origine animale est associée à une diminution du risque de faire une dépression. En même temps, le régime alimentaire occidental typique, riche en aliments ultra-transformés et qui accorde une large part à la viande rouge, tout en comprenant peu de légumes, est associé à un risque accru de dépression.

Une récente étude canadienne a révélé que presque 50 % des calories que nous ingérons proviennent  d’aliments ultra-transformés. Il s’agit d’aliments comme les frites, les sodas, les bonbons, les produits de boulangerie et les pâtisseries ainsi que les collations salées qui sont riches en additifs, en agents de conservation, en sel, en sucre ou en gras, et qui, par ailleurs, contiennent peu de fibres, de vitamines et de minéraux. Pourquoi est-ce un problème ? Parce que votre cerveau a besoin d’être nourri correctement afin de bien fonctionner, et il ne peut pas le faire s’il a comme principale source de « carburant » des aliments ultra-transformés.

Une autre étude s’est intéressée aux personnes souffrant de dépression qui ont essayé d’adopter un régime alimentaire sain, à base d’aliments entiers. En suivant ce plan, leurs symptômes se sont améliorés sur une période de 12 semaines. Bien sûr, un régime alimentaire sain n’éliminera pas la nécessité de prendre des médicaments pour lutter contre la dépression, mais il peut sans aucun doute vous aider à vous sentir au meilleur de votre forme.

Méfiez-vous des remèdes hypermédiatisés

Il n’existe pas de superaliment unique qui aidera à vous redonner le moral, à éradiquer la dépression ou qui vous aidera si vous avez des problèmes de santé mentale. Les études réalisées sur différents nutriments et leur impact sur la dépression ont donné des résultats disparates car elles n’ont pas pris en compte le régime alimentaire dans sa globalité. Un aliment, une boisson ou un nutriment ne peuvent, à eux seuls, constituer une solution. C’est l’ensemble de votre régime alimentaire et de votre style de vie qui doit être pris en compte. Si vous lisez une publicité, un article ou une histoire sur le Web promettant qu’un supplément ou un superaliment va tout régler, méfiez-vous.

Il se peut que vous ayez entendu dire qu’il existe un lien entre les acides gras oméga-3 et la santé du cerveau, particulièrement pour lutter contre la dépression. Certaines études ont montré une diminution du risque de dépression en cas de consommation plus élevée de poisson dans le cadre d’un régime alimentaire globalement sain. Il est important de noter qu’il ne s’agit que d’un effet bénéfique minime ou modeste, ce qui n’est pas suffisant pour recommander à toutes les personnes souffrant de dépression de manger davantage de poisson ou de prendre des suppléments d’oméga-3. Mais la directive bien connue recommandant de manger du poisson gras au moins deux fois par semaine est toujours valable.

Pour finir, demandez à votre médecin de vérifier votre niveau de vitamine D. Une carence en vitamine D est associée à la dépression et aux troubles de l’humeur ; une supplémentation peut aider. Si vous ne manquez pas de vitamine D, en prendre une quantité excessive pourrait ne pas aider pour la dépression, les chercheurs ne pas encore sûrs.

Vous sentez-vous différemment selon que vous mangez des aliments entiers ou des aliments ultra-transformés ?

Cara Rosenbloom

Author Cara Rosenbloom

Cara Rosenbloom est diététiste et présidente de Words to Eat By, une entreprise de communication et d'éducation à la nutrition. Lisez son blog ( and anglais) ou communiquez avec elle sur Facebook ou Twitter.

More posts by Cara Rosenbloom

Leave a Reply