Pour de nombreux Canadiens et Canadiennes, le temps des Fêtes a été chargé en soirées et en soupers. Il a peut-être même conduit certains à un « coma glucidique » induit par une consommation excessive de dinde ! Avec un peu de chance, le seul #fauxpasdesfêtes que vous avez commis a été de vous habiller un peu trop chic pour votre party de bureau. Malheureusement, pour jusqu’à 4 à 5 millions de consommateurs d’alcool à haut risque, il est possible que les Fêtes aient été l’occasion d’avoir de gros regrets (en termes de « gueule de bois », de comportement embarrassant ou pire).

Si la majorité des Canadiens et des Canadiennes boit de manière responsable, 13% d’entre nous se livrent à une consommation d’alcool à haut risque pouvant avoir pour effets immédiats allant des vomissements à l’étouffement, en passant par les risques cardiaques, la confusion ou la dépression. En affectant de manière négative la vision, le jugement, la concentration et l’équilibre, la consommation d’alcool à risque élevé et l’intoxication qui en découle peuvent causer des accidents et même amener à poser des actes criminels et violents.

À long terme, une consommation d’alcool à haut risque est associée à tout un éventail de risques pour la santé, comme des dommages au foie, un risque accru de maladie cardiaque ou d’AVC, l’impuissance masculine et la dépression.

Êtes-vous inquiet d’avoir trop consommé d’alcool pendant les Fêtes ? Le mois de janvier est le moment idéal pour remettre les pendules à l’heure ! Débutez l’année en adoptant des habitudes de vie plus saines et, notamment, en ayant une consommation d’alcool modérée ou à faible risque.

PENSEZ MODÉRATION

La majorité des Canadiens et des Canadiennes boivent avec modération. On parle aussi de consommation d’alcool à faible risque. C’est la meilleure manière de porter un toast à vos amis ou de vous détendre en buvant une bière, de manière responsable.

Une consommation d’alcool à faible risque implique de connaître vos limites :

• Les femmes ne devraient pas consommer plus de 10 boissons alcoolisées par semaine, et pas plus de 2 par jour, la plupart des jours ;

• Les hommes ne devraient pas consommer plus de 15 boissons alcoolisées par semaine, et pas plus de 3 par jour, la plupart des jours (les hommes peuvent consommer davantage d’alcool en raison des différences qui existent au niveau de la taille et de la composition de leur corps);

• Lors d’occasions spéciales, les femmes peuvent augmenter leur consommation d’alcool jusqu’à 3 boissons alcoolisées, et les hommes jusqu’à 4, mais les femmes comme les hommes ne devraient pas dépasser leur limite de consommation d’alcool pour la semaine.

Se livrer à une consommation d’alcool à faible risque signifie également de savoir quand ne pas boire d’alcool du tout est la meilleure chose à faire pour vous, par exemple, si vous conduisez, si vous utilisez une machine ou des outils, si vous prenez certains médicaments, si vous êtes enceinte ou si vous avez des problèmes de santé mentale.

DES HABITUDES SAINES POUR UNE NOUVELLE ANNÉE EN SANTÉ

Prêt à débuter la meilleure année que vous ayez jamais vécue ? Engagez-vous à boire de manière responsable. Vous vous sentirez en meilleure santé et vous serez plus responsable, et, cerise sur le sundae, vous économiserez probablement de l’argent aussi ! (Voyez vos économies grossir en vous offrant des sodas aux canneberges plutôt que des cocktails dispendieux, ou en achetant une caisse de bouteilles d’eau pétillante plutôt qu’une caisse de bouteilles de bière.)

Le meilleur dans tout cela : si toutes les personnes qui consomment de l’alcool au Canada s’engageaient à se livrer à une consommation d’alcool à faible risque, nous pourrions réduire les décès dus à l’alcool d’environ 4600 personnes par an. Ne serait-ce pas formidable ?

Joignez-vous à la conversation : quels sont vos objectifs pour 2018, en particulier en ce qui a trait aux habitudes de vie saines ?

Rendez-vous sur cette page de ressources Healthy Families BC’s Alcohol Sense pour avoir accès à davantage d’informations et d’outils.

Yuki Hayashi

Author Yuki Hayashi

Yuki Hayashi écrit sur le sport et le fitness dans des publications telles que Women's Running, Canadian Living, Chatelaine, Besthealthmag.ca et bien d'autres. Passionnée de course à pied et de triathlon, elle a couru (jusqu'au bout) un Ironman et adore les courses qui vont du 5km au marathon. Elle est coach bénévole pour une équipe d'athlétisme de jeunes et dans son temps libre (quel temps libre?) elle aime cuisiner, randonner, et voyager.

More posts by Yuki Hayashi

Leave a Reply